Reviviscence
2023
Dimensions variables
Pierre d’alun, cire de paraffine, rose de Jéricho

Au travers de l'installation Reviviscence, je questionne la matière brute et sa faculté à reprendre une forme nouvelle et le fait pour une chose de renaître, de réapparaître. Les matériaux de cette installation ont vocation à être polymorphe, au fur et à mesure des expositions se présenter sous des formes diverses, sans perdre leur nature profonde, ni leur identité.
La pierre d'alun dont je me sers me permet de redéfinir l'espace, par des lignes droites, je dompte l'architecteur du lieu d'exposition, définissant un cadre, identifiant le dedans, du dehors. La cire de paraffine permet une temporalité presque infinie. En effet les sculptures réalisées, une fois la mèche consumée, la même cire est refondue pour des pièces successives, comme une âme qui quitterait un corps pour un autre. Il serait donc question d’établir des distinctions temporelles précises entre la matière et son évolution, sont adaptabilité, sa faculté au renouveau, sa reviviscence. C'est le cas de la rose de Jéricho, plante issus des milieux arides et désertiques, elle a cette capacité dans son milieu naturel de presque mourir, elle entre en dormance et toutes ses fonctions métaboliques se réduisent au minimum.
Si la sècheresse persiste, les racines peuvent lâcher et le vent emporter la plante, lui permettant parfois de trouver un nouvel endroit humide propice à son développement. Cette œuvre intime, parle poétiquement et indirectement de la vie, la faculté dont l’humain peut faire preuve de résilience face à son quotidien, en s’adaptant à de nouveaux contextes.